La prévention, en particulier primaire, demeure la meilleure solution d'un point de vue à la fois humain, social et économique pour lutter contre les affections bucco-dentaires les plus répandues dans le monde : la carie dentaire et les maladies parodontales (maladies des gencives), sachant qu'une mauvaise santé orale à des conséquences directes sur la santé générale et la qualité de vie (douleurs, baisse de l'estime de soi, dénutrition, repli social etc...), et que les affections dentaires ont des facteurs de risque modifiables en commun avec les maladies non transmissibles (MNT) qui " tuent chaque année 41 millions de personnes, ce qui représente 71% des décès dans le monde ".

Pourtant, le constat d'échec dressé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est sans appel : " plus de 3,5 milliards de personnes souffrent d’affections bucco-dentaires, sans que la situation se soit réellement améliorée entre 1990 et 2017 ", tandis que les coûts directs & indirects liés à une mauvaise santé orale se chiffrent en centaines de milliards chaque année dans le monde.

Rien qu'en France, la dépense annuelle consacrée aux soins dentaires s'élève à environ 12 milliards €, dont 6 milliards € servent uniquement à financer des soins prothétiques, des soins qui sont la conséquence directe d'une stratégie de prévention dentaire inefficace. (CQFD)

C'est pour cette raison que, dans le cadre d'une résolution votée le 21 janvier 2021, le Conseil exécutif de l'OMS invite " Instamment " ses États membres à dès maintenant : " appréhender les principaux facteurs de risque des affections bucco-dentaires et la charge de morbidité qui y est associée, et à s’y attaquer " en " favorisant la prévention ", et ce dans la perspective du " projet de stratégie mondiale sur la lutte contre les  affections  bucco-dentaires " que l'OMS est en train d'élaborer d'ici 2022 pour établir d'ici 2023 " un plan d'action pour la santé publique bucco-dentaire, y compris un cadre de suivi des progrès assorti d'objectifs mesurables clairs à atteindre d'ici 2030 " (cf. WHA74.5).

S'engager dans la lutte contre les affections bucco-dentaires suppose, au préalable, de comprendre " les mécanismes comportementaux " qui les produisent, pour ensuite " être capable d'agir le plus efficacement et tôt possible " en matière de stratégie préventive.

C'est pourquoi, en découvrant la résolution de l'OMS, Gérald DEMEYER a décidé d'amorcer en France un tout nouveau concept store qu'il a imaginé suite à ses expériences passées (cf. Qui sommes nous) avec un modèle économique innovant alliant le meilleur de 2 mondes : SANTÉ ORALE (prévention primaire) et ASSURANCES (courtage).

Afin de répondre au plus près des besoins du grand public et de nos clients (assurés & partenaires), ce modèle est actuellement en phase de tests agiles continuellement réinterrogés dans le cadre de l'ouverture de l'agence pilote à Lille (Communiqué de presse + Dossier de presse).

ILS PARLENT DE NOUS

nos partenaires

(liste non exhaustive)
HARMONIE MUTUELLE
ADF ASSURANCES
ALPTIS
APRIL
COVERIT
ENTORIA
HARMONIE MUTUELLE
ADF ASSURANCES
ALPTIS
APRIL
COVERIT
ENTORIA